Il meurt lentement

Il meurt lentement celui qui
devient esclave de l’habitude refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu
Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.
Il meurt lentement celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement celui qui évite la passion et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux et réparent les cœurs blessés.
Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie, n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

Poeme qui a été attribué à de nombreux auteurs donc Plablo Neruda, mais qui appartient en fait à Martha Medeiros « A Morte Devagar »

4 réflexions sur “Il meurt lentement”

  1. Bonjour François,
    Je t’ai rencontré sur le GR10 à la suite de Fabien, proche du camp de Naturiste.
    Pour moi, trois priorités doivent guider le futur de l’humanité. Que chaque humain puisse bénéficier de la santé, d’une nourriture saine et d’un logement décent. Lorsque cet objectif sera atteint partout dans le monde alors, on pourra développer les autres futilités .
    Aujourd’hui, l’industrie, qu’elle soit agricole, alimentaire ou créatrice de besoins jusqu’alors inutiles se fout complètement de la vie humaine. Battons nous pour enrayer ce système tant que les trois priorités citées plus haut ne seront pas appliquees à tous les humains par simplement le moyen qui nous tue: l’argent et ce qu’on en fait.

    1. Bonjour jean François.
      Merci pour ton commentaire, ça me fait très plaisir cet interaction.
      Oui je suis d’accord avec toi. Les besoins de bases selon par exemple la pyramide de Maslow.
      Regarde l’explication de la théorie économique du donuts selon Kate raworth ( site Oxfam ) elle va un peu plus loin, mais dans ton sens. C’est le symbole de mon logo sur le drapeau que j’arbore fièrement 😏. Il faudrait que les états changent d’indicateur économique, et prennent en compte l’humain et la planète ( et pas seulement le chiffre d’affaire d’un pays !!!!). Ravi d’avoir fait ta rencontre, j’espère avoir l’occasion de rediscuter avec toi. À bientôt… je dois ranger mon campement pour me diriger vers le refuge de batère. Hier j’ai fait une belle marche de 10h…. À plus et poursuivons le combat pour un monde meilleur. Amitiés, François

  2. Salut Jean François on s’est rencontré dans le refuge de l’oule après st Lary pour toi et avant pour moi et mon amie nous avons partagé un excellent repas de haricots blancs qui nous inquiétait pour la nuit car nous avons dormi dans la même chambre avec vue sur le barrage et le lac de l’oule puis nous nous sommes quittés toi direction Hendaye et nous vieille Aure. Nous avons vu que tu devrais passer pas très loin de chez nous en Vendée si l’envie de te reposer te prends ou un bon repas n’hésite surtout pas.
    Un GR10

    1. Bonjour daydé,

      Oui je me souviens très bien… et finalement on avait bien dormi 🙂
      Je me rappelle bien de vous, on n’était pas nombreux à table… le refuge fermait quelques jours après nous.
      Je te remercie de la proposition…. Mais je suis déjà bien haut… je suis près de ploermel actuellement, à Augan, un village de 1500 habitants qui m’impressionne par son énergie et innovation coopérative….. épicerie, bar, radio locale, librairie, et centre de formation ESS….
      Bref, j’espère que vous allez bien, moi ça baigne, j’ai fini le gr10 en bon état après 49 jours. J’ai ensuite reconditionné un vélo à Hendaye et ça roule bien ( entre 60 et 95 km/j ). Dans quelques jours je serais à Morlaix pour enchaîner à pied sur le gr34… Suivez moi sur mon Polarsteps ! à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *